Prépas scientifiques

Vous trouverez ici quelques témoignages de nos anciens étudiants, toutes filières scientifiques confondues:

Marc B. promo PC* 2018/2019 , Ecole Polytechnique

Mes deux années de prépa furent une expérience très riche, sur tous les plans.

Je suis arrivé en première année avec quelques ambitions, mais finalement je ne m’attendais pas à atteindre autant. J’habitais chez moi, je faisais tous les allers-retours en bus matin et soir.

En première année, j’ai appris à travailler. Le début a pu être un peu difficile, mais j’ai rapidement compris le principe de travail et les notes ont vite augmenté. La cohésion de la classe prime : à Cézanne il n’y a pas de compétition et c’est très important (ça ne sert à rien de vouloir dépasser son voisin alors que des milliers de personnes présentent les concours…).

La deuxième année a été encore plus intense, surtout que c’était celle des concours. Après une première année très réussie, la deuxième m’a appris à me dépasser. J’y suis rentré avec un but précis : l’ESPCI, en pensant que l’X était trop difficile à avoir, d’autant plus que depuis environ 10 ans personne n’y a été, et c’est avec le soutien des profs de PC* que j’ai pu envisager cette école. J’ai bombardé les profs de questions pour aller plus loin, pour mieux comprendre clairement les choses. J’ai beaucoup stressé pour les écrits, et les oraux. On y est très bien préparé, mais c’est quand même toute une organisation qu’il est souvent difficile de préparer à l’avance. Je les ai bien vécus, et je suis très fier de les avoir bien réussis.

Finalement la prépa a été une expérience très enrichissante parce que tout m’intéressait, et j’ai vraiment bien vécu ces deux années, d’autant plus que j’ai atteint la meilleure école de France. Même si je le dois à tous ceux qui m’ont accompagné là dedans, que ce soit ma famille ou les profs, il s’agit surtout d’un investissement personnel, qui a très bien payé. J’ai choisi d’aller à l’X pour pouvoir continuer les maths et la chimie, et pour l’excellence qu’elle peut offrir.

 

Elise B., promo MP 2017/2018, Telecom Paris

Après la terminale S, j’ai choisi le lycée Cézanne pour faire une prépa scientifique, en MPSI. J’ai choisi ce lycée car j’avais l’image d’un établissement à échelle humaine où l’ambiance est familiale. Et je n’ai pas été déçue : les professeurs m’ont poussée à donner le meilleur de moi-même, et ce toujours dans la bienveillance. Ayant une préférence pour les maths et l’informatique, je me suis dirigée vers la filière MP en deuxième année. Suite aux concours, j’ai intégré l’école Télécom Paris, où j’étudie les interactions homme-machines et le traitement des images. Cette voie me permet d’allier programmation et mathématiques, dans un cadre très pratique.

En plus de m’avoir permis d’intégrer une très bonne école, ces deux années de prépa m’ont permis d’acquérir une rigueur autant scientifique que linguistique, qui m’est très utile aujourd’hui. Et même si en prépa, l’ambiance est au travail, j’y ai rencontré des personnes avec qui j’ai créé des liens d’amitié très forts. Je n’ai jamais ressenti de compétition au sein de la classe, ce qui était ma plus grande crainte en arrivant en prépa. Je garde de très bons souvenirs de ces deux années !

Marie B. , promo PC 2015, Polytech Clermont, spécialisée en pharmaceutique et en cosmétique

Ces deux années de classe prépa furent difficiles mais néanmoins très formatrices que ce soit sur le plan scolaire ou social. Cette formation en physique/chimie m’a permis d’intégrer une école d’ingénieur dans le domaine de la biologie, spécialisée dans les biotechnologies des industries pharmaceutiques et cosmétiques, ce qui prouve que la formation PC ne nous enferme pas dans un domaine précis mais au contraire nous ouvre de nombreuses portes au niveau des écoles d’ingénieurs. De plus, lors de ces deux années j’étais logée au niveau de l’internat filles du lycée ce qui m’a permis de créer des liens indispensables pour surmonter la quantité de travail que l’on doit fournir.

 

Nicolas P. , promo MP 2015/2016, actuellement (2018) en dernière année à Supméca – Saint-Ouen-Sur-Seine

J’ai choisi la filière préparatoire MPSI à l’issue de mon bac car j’avais envie d’une formation scientifique de haut niveau qui me permette d’accéder à de nombreux débouchés. Je savais que les métiers proposés en sortie d’écoles d’ingénieurs pouvaient être très variés. J’avais un goût prononcé pour les enseignements théoriques encore plus qu’expérimentaux et mes résultats scolaires du lycée m’ont finalement poussé dans cette voie.

Je souhaitais une CPGE proche de chez moi et le lycée Cézanne, je connaissais, donc j’ai fait le choix à la fois du plus pratique et du plus agréable !

Je savais que l’ambiance y était géniale et le cadre de vie confortable, l’enseignement propice à la réussite, le restaurant scolaire de qualité, l’enceinte du lycée vaste …  bref, beaucoup d’ingrédients importants à mes yeux pour se sentir bien dans ses études. L’avantage aussi c’est la ville d’Aix-en-Provence qui est très belle.

Le choix a donc été naturel. J’ai pu retrouver mes amis mais aussi faire de nouvelles rencontres et j’envie encore plus les prochains qui auront de belles opportunités avec l’arrivée de la nouvelle filière PSI en 2016.

Pour moi, le meilleur aura été l’ambiance de mes études et la disponibilité de nos professeurs. J’en garde un souvenir fort et malgré la joie de l’intégration une fois la prépa terminée, c’est avec un brin de tristesse que j’ai quitté ce grand lycée…

Aujourd’hui je suis étudiant à l’Institut supérieur de mécanique de Paris et je me destine soit à travailler pour l’industrie aéronautique soit pour celle de l’énergie. Je n’aurais pas pu prétendre à faire ce qui me plaît sans mon parcours à Cézanne, d’autant plus que les solides bases qui nous ont été apportées en prépa m’ont permis d’appréhender avec sérénité les thématiques enseignées à Supméca.

Vous pourrez trouver quelques témoignages supplémentaires plus complets de la filière MP ici.

 

Fanny M. , promo PC* 2015, ICNA – contrôleur aérien

Les années à Cézanne, des années inoubliables ; et ce pour 2 raisons.

Tout d’abord parce que les années de prépa représentent une importante implication personnelle. En prépa c’est le travail qui prime, mais avec un peu d’organisation il est toujours possible (et conseillé) de faire du sport (ou autre) régulièrement et puis surtout ces 2 ou 3 années de durs labeurs permettent de profiter pleinement des années dans l’école intégrée.

Par ailleurs, inoubliables grâce à l’équipe pédagogique de PC* qui est à l’écoute des différentes attentes de chacun et qui crée une ambiance d’entraide et non de compétition.

Pour ma part, je voulais absolument réussir le concours ICNA de l’ENAC, tous les enseignants ont accepté ce choix (ce qui est rare dans les autres prépas qui mettent une pression démesurée sur leurs élèves afin qu’ils intègrent uniquement de « grandes écoles ») et m’ont aidé à réussir toutes les étapes de ce concours particulier notamment en me corrigeant des annales.

Pour résumer, quelque soit vos ambitions l’équipe pédagogique de la classe de PC* de Cézanne vous guidera et vous aidera à les atteindre.

 

Hippolyte R., intégration à l’EDHEC via la filière MP.

Après une terminale S-Science de l’ingénieur, je savais que les sciences étaient ce qui me plaisait, toutefois je ne souhaitais pas me restreindre à un ou deux domaines tout de suite ne sachant pas encore vraiment où allait ma préférence. J’ai donc opté pour une classe prépa MP, qui propose un bon mélange de toutes les disciplines, parfait quand on ne sait pas quoi choisir.

Loin de tous les clichés, j’ai découvert à Cézanne une ambiance de classe formidable : tous les élèves ont choisi d’aller en prépa et sont motivés, les profs ont toujours à cœur de nous aider à donner le meilleur de nous-même, toujours avec bienveillance : je me souviens d’un prof demandant si tout le monde avait bien trouvé un logement quelques jours après la rentrée.

Concernant la charge de travail, le contrat est clair : plus on travaille, meilleurs est la place au concours et plus le choix de l’école sera possible tant en terme de domaine que d’emplacement géographique. Toutefois, l’énorme avantage de la prépa scientifique est qu’il y a plus de places en école d’ingés que de candidats, on est donc certains d’avoir une place à la sortie, et toutes les écoles d’ingés permettent de trouver un travail correct rapidement, ce qui n’est pas forcément le cas de toutes les filières.

De plus, le fait de faire une prépa scientifique n’oblige pas à faire une école d’ingénieur ensuite, il est tout à fait possible d’aller en fac après ou même pendant la prépa, et certains concours d’écoles de commerce sont même ouverts aux prépas scientifiques ; c’est ainsi que j’ai intégré l’EDHEC afin de faire de la finance, ce qui me permet de lier mathématiques et informatique.

Pour finir, la prépa n’est pas obligatoirement une aventure solitaire, j’y suis rentré célibataire, j’en suis sorti en couple 😉

 

Laura C., promo PC* 2018/2019, Ecole des Ponts ParisTech.

J’ai fait mes études dans le secondaire au lycée Cézanne et je souhaitais poursuivre en CPGE après mon bac pour pouvoir retarder le moment où il faut se spécialiser. Comme j’aimais les sciences, la prépa scientifique m’a tout de suite emballée mais le niveau des autres élèves me faisait peur, la pression du concours aussi. Mais le fait de continuer mes études dans une prépa où les professeurs sont à l’écoute des élèves, où la formation est de qualité et où l’ambiance entre les élèves est forte, cela m’a permis de me sentir toute de suite très bien dans cette voie. Les nombreux espaces verts du lycée permettent une superbe atmosphère de travail.

Je suis donc entrée en PCSI 2, je logeais dans la résidence à côté (très pratique, l’accès à la cantine le soir permet de manger sainement, avec des amis, sans perdre trop de temps). Ce choix de lycée a été une évidence, la proximité de ma maison familiale, le fait que je connaisse les lieux à l’avance, la possibilité de rentrer en PC* en 2e année… En effet, après cette première année en PCSI, j’ai obtenu ma place pour la PC*.

Durant mes 2 années de prépa, je n’ai jamais regretté mon choix. D’après moi, si je devais donner la plus grande qualité de l’équipe enseignante que j’ai eu, ça serait la disponibilité des professeurs, leur écoute, leur capacité à soutenir les élèves dans les bons comme dans les mauvais moments. Pour ma part, je m’en souviendrai toute ma vie, l’aide que j’ai reçu lors de moments difficiles a été très précieuse lors de la préparation des concours.

Tout de même, je ne vais pas le cacher, quand on sait qu’on va intégrer c’est un soulagement immense, c’est le fruit du travail qu’on a mené ! Ces 2 années m’ont réellement appris à effectuer un travail efficace, on est toujours encouragé pour accomplir les meilleures choses, avec toujours le choix de plusieurs exercices ou DS en fonction des objectifs de chacun. De plus, en prépa, on apprend réellement à s’exprimer devant une audience grâce aux nombreuses interrogations orales.

 Il ne faut pas avoir peur de se lancer dans un tel parcours, si la motivation est présente, vous ne ferez que progresser, ça a été mon cas.

Aujourd’hui, grâce à l’enseignement que j’ai reçu au lycée Cézanne, j’ai intégré l’Ecole des Ponts ParisTech. Lorsque je suis arrivée à mon premier jour de PCSI, je n’aurai jamais imaginé pouvoir atteindre une telle école mais l’entraide entre camarades et la présence de l’équipe enseignante m’ont permis de devenir étudiante aux Ponts et Chaussées, les professeurs seront au rendez-vous pour vous aider à atteindre vos objectifs.

Lucas A., promo MP 2018/2019, ISIFC-génie biomédical

Jeune Baceux de scientifique, je souhaitais faire des études dans les sciences en mettant en avant les mathématiques. J’intègre alors une classe préparatoire aux grandes écoles en filière Mathématiques Physiques Science de l’Ingénieur (MPSI) au lycée Paul Cezanne.

Le travail y est fastidieux et conséquent, ce qui a pour effet de créer des liens forts avec ses camarades. On y retrouve donc une convivialité et une entraide assez forte.

Souhaitant continuer dans les mathématiques et physiques, je décide d’aller en MP, où j’y passerai 2 ans. L’effectif est réduit, les horaires sont réfléchis, l’idée est de former au mieux l’étudiant pour qu’il soit efficace le jour du concours. J’ai pu constater la mise en place d’une pédagogie réfléchie où l’élève est acteur de sa vie. Les échanges entre élèves et professeurs sont fréquents et essentiels. Cette équipe a su me motiver, me donner des méthodes d’apprentissages, me recadrer lorsque je m’égarais et me conseiller dans mes choix d’avenir.

J’ai passé trois années merveilleuses, autant d’un point de vue estudiantin que personnel, je me suis trouvé des capacités que je ne soupçonnais pas, rencontré des personnes passionnées, impliquées, de qualités et de bons conseils. Merci !

 

Justine P. , promo PC 2013, ENSIL, aujourd’hui responsable Qualité Sécurité et Environnement chez Elior Services sur le site de ST Microelectronics à Rousset.

J’ai trouvé le début de la première année en prépa compliquée : j’étais habituée à être dans les premiers de classe et je me suis retrouvée dans les derniers. De plus la charge de travail à fournir était beaucoup plus importante qu’au lycée.

En revanche, le fait que tous les étudiant vivent tous ensembles dans la résidence était un point fort : les élèves se soutenaient beaucoup entre eux. Les professeurs aussi étaient toujours présents pour nous apporter leur aide quand nous la leur demandions. Il y avait vraiment un bon climat pour réussir. Je garde de ces années un bon souvenir.

Outre les connaissances scientifiques la prépa m’a permis d’apprendre à organiser mon travail en mettant des priorités, à m’exprimer avec aisance devant une assistance et à gérer mon stress, ce qui est important dans mon travail actuel.

 

Julia V., promo MP 2018-2019, E.I.S.T.I Cergy

Aujourd’hui en première année d’école d’ingénieurs, j’ai quitté la CPGE il y a quelques mois seulement. Ces deux années ont sans conteste été les plus difficiles pour moi. C’est le temps qui manque le plus en CPGE et je pense que le plus difficile est de trouver un bon équilibre entre travail et repos/divertissement. Il est indispensable de travailler mais il faut aussi savoir s’arrêter pour se reposer. La CPGE marque souvent le début de l’indépendance et il est indispensable d’avoir le moins de soucis possibles (familiaux, amicaux, santé, personnels, …), les professeurs sont aussi là pour nous écouter si besoin en plus de nous accompagner dans nos objectifs. J’étais aussi rassurée de voir que l’ambiance était conviviale et solidaire plutôt que axée sur la compétition. Au demeurant, ces deux années nous enseignent à être organisés, assidus et à travailler véritablement. J’ai beaucoup appris (connaissances scientifiques, linguistiques et personnelles). Ce sont ces compétences que j’approfondis encore aujourd’hui. Quand je compare mon parcours à ceux de mes camarades de classe, je ne regrette absolument pas d’avoir « sacrifier » ces deux ans de ma vie car maintenant, c’est beaucoup plus agréable. Je fais des mathématiques, de l’informatique ainsi que des relations humaines et linguistiques sous diverses formes. Pour moi, la CPGE est le meilleur moyen de s’assurer un bagage scientifique général pour se donner un maximum d’opportunités par la suite.

 

Olivia P., promo PC* 2016, Chimie Montpellier

J’ai fait mes deux années de prépa au Lycée Paul Cézanne (PCSI puis PC*), et même si la dose de travail n’est pas négligeable, je ne regrette pas le moins du monde ce choix ! En effet, j’y ai appris beaucoup, aussi bien en connaissances, qu’en techniques, à l’écrit comme à l’oral. De plus mon cerveau fonctionne beaucoup plus vite qu’avant !

J’ai aussi appris à me faire confiance et à reconnaître ma valeur, aussi bien grâce aux professeurs que grâce à mes amis : mes premiers véritables amis je les ai rencontrés en classe préparatoire.

 

Magali M., promo MP 2017/2018, SeaTech Toulon

J’ai effectué le cursus MPSI puis MP au lycée Paul Cézanne. Ces deux années m’ont énormément appris, tant sur le plan scientifique que pédagogique. L’équipe professorale soutient ses élèves et les pousse à avancer dans leur choix de cursus, au spécifique soit-il.

Je suis actuellement en seconde année à l’école d’ingénieurs SeaTech Toulon, j’étudie plus spécifiquement le domaine maritime – océanographie physique et instrumentation, technologies marines et sous-marines, etc. Je pars en fin d’année pour trois mois de stage à l’étranger, puis j’aurai l’opportunité de partir 6 mois au Vietnam effectuer un double diplôme en océanographie.

 

Jean-Baptiste P., promo PC* 2015, Ensta Bretagne puis Supaéro

Vous qui hésitez à cause de la difficulté, les classes préparatoires permettent à coup sûr une élévation sociale moyennant un minimum de travail mais rien d’insurmontable. Et la finalité vaut vraiment le coup car après en école d’ingénieur on a vraiment du temps pour nous. Avec un petit peu d’organisation, j’avais le temps de faire beaucoup de sport. Pour la petite anecdote, je faisais 4 tractions à la rentrée de 1ère Année et une trentaine à la fin de 5/2 et un semi-marathon bouclé en 20 minutes de moins ! Rien d’insurmontable, il suffit d’y croire et de s’en donner les moyens et cela vaut vraiment le coup.

 

Laura L., promo MP 2015, ESPE Grenoble – Master 1 MEEF 2nddegré (maths pour l’enseignement)

En sortant du lycée j’ai choisi d’aller en MPSI, même si je savais déjà que je ne voulais pas aller dans une école d’ingénieure après. En effet, mon projet professionnel était – et est toujours – de devenir enseignante en mathématiques dans le secondaire. Après de nombreuses discussions avec mes profs au lycée et des renseignements de ma part, j’ai alors opté pour une prépa maths au lieu d’une fac de maths pour la simple et bonne raison que la prépa maths donnerait des bases très solides en maths. Et je n’ai pas regretté cette décision.

Même si j’avais déjà une bonne discipline du travail au lycée, la prépa m’a appris l’importance et le bénéfice d’un travail régulier, et en maths j’ai notamment appris l’importance de la rigueur, compétences qui me servent encore aujourd’hui. Malgré le fait que je n’étais pas dans l’optique de préparer les concours, j’ai fait les deux années comme si et j’ai passé le concours CCP (que j’ai eu d’ailleurs), me donnant ainsi les équivalences pour aller en Licence 3 de maths. Ce que j’ai le plus aimé dans le fait d’avoir fait ma prépa à Aix-en-Provence, c’est qu’il n’y a pas du tout (en tout cas pas quand j’y étais) d’esprit de compétition au sein de la classe – bien au contraire, on s’entre-aide – et que les profs sont très disponibles. Aix-en-Provence est également une ville pleine de possibilités et je pense qu’il est important d’en profiter et de pratiquer une activité extra-scolaire pour rester efficace pendant ces deux années intensives. Dans mon cas, faire du sport plusieurs fois dans la semaine m’a beaucoup aidée à garder à la fois l’énergie et la motivation.

En sortant de prépa, j’ai donc fait une licence de maths à Grenoble (que j’ai validé), puis une année Erasmus en Angleterre, et actuellement je suis en master 1 de maths à Grenoble en préparation pour le CAPES de maths que j’espère obtenir à la fin de cette année !

Vous pourrez trouver quelques témoignages supplémentaires plus complets de la filière MP ici.